Poésie moderne

December 19, 2010

« La Nature y devient un discontinu d’objets solitaires et terribles, parce qu’ils n’ont que des liaisons virtuelles; personne ne choisit pour eux un sens privilégié ou un emploi ou un service, personne ne les réduit à la signification d’un comportement mental ou d’une intention, c’est-à-dire finalement d’une tendresse… Ces mots-objets sans liaison, parés de toutes la violence de leur éclatement… ces mots poétiques excluents les hommes; il n’y a pas d’humanisme poétique de la modernité: ce discours debout est un discours plein de terreur, c’est-à-dire qu’il met l’homme en liaison non pas ave les autres hommes, mais avec les images les plus inhumaines de la Nature: le ciel, l’enfer, le sacré, l’enfance, la folie, la matière pure, etc. » ~ “Le degré zéro de l’écriture”, Roland Barthes.

%d bloggers like this: